Retour temporaire des pesticides néonicotinoïdes : tout savoir en 5 points

S’il y a bien une question qui préoccupe les députés de l’Assemblée Nationale à l’heure actuelle, c’est bien celle de la réintroduction des pesticides néonicotinoïdes. Qu’en est-il en réalité ?

epandage - Retour temporaire des pesticides néonicotinoïdes : tout savoir en 5 points
Épandages sur les cultures intensives

Les pesticides néonicotinoïdes : de quoi s’agit-il ?

Les néonicotinoïdes ou NNI sont une catégorie d’insecticides qui agissent sur le système nerveux des insectes. On les utilise dans plusieurs secteurs d’activité notamment en agriculture où ils permettent de tuer les cochenilles, les chenilles, les pucerons, etc. Ceux-ci sont à la disposition du grand public depuis les années 1990.

Quels sont les effets des pesticides néonicotinoïdes sur l’environnement ?

L’utilisation de néonicotinoïdes se révèle être un vrai danger pour les petits insectes comme les abeilles. En effet, depuis leur apparition, les apiculteurs ont constaté une diminution considérable des populations d’abeilles.

Selon diverses sources, ce sont plus de 300 000 ruches d’abeilles qui disparaissent chaque année. Par ailleurs, nombreux sont les chercheurs qui ont pu prouver que l’usage de ce groupe de pesticides a des impacts sur la faune aquatique et les oiseaux.

Quel est l’impact de l’utilisation des néonicotinoïdes sur l’homme ?

Les néonicotinoïdes sont a priori sans danger pour l’homme. Sauf qu’en 2013, les conclusions d’une enquête menée par l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire ont permis d’émettre quelques réserves à ce sujet. Ces conclusions affirment que ces pesticides peuvent ainsi affecter les neurones et les cellules cérébrales de l’homme.

Pour quelle raison l’usage des néonicotinoïdes est-il si controversé ?

En 2018, le gouvernement fut obligé d’interdire l’utilisation de ce type de pesticides dans les champs. Cette décision fut prise dans l’optique de préserver les colonies d’abeilles et les autres insectes menacés. Une bonne nouvelle qui a donc été bien accueillie par les écologistes et les agriculteurs.

Tous ces amoureux de la nature n’arrivent donc pas à comprendre pourquoi le Ministère de l’Agriculture souhaiterait le retour de l’utilisation de ces pesticides. Pour ces anti-néonicotinoïdes, ces pesticides ont causé assez de dégâts.

help 1024x380 - Retour temporaire des pesticides néonicotinoïdes : tout savoir en 5 points
L’abeille domestique et les pollinisateurs sont en danger

Pourquoi l’Assemblée Nationale souhaite-t-elle voter pour la réintroduction des néonicotinoïdes ?

Les pro-néonicotinoïdes estiment que la réintroduction des néonicotinoïdes va néanmoins permettre à la filière sucrière d’éviter le pire. De ce fait, ces pesticides pourraient aider les betteraviers à avoir le dessus sur cette crise de la jaunisse. En effet, depuis l’interdiction de ces pesticides, ce secteur d’activité est au plus bas. Les acteurs de ce domaine d’activité n’arrivent plus à combattre efficacement la prolifération des pucerons. Par conséquent, le rendement de la filière sucrière aurait diminué de 30 % à 50 % lors de ces dernières années.  

Source : Hamelin.info, la plateforme d’informations et d’actualités spécialisée dans la lutte antiparasitaire et dans la gestion des nuisibles.

L’avis des professionnels des filières apicoles et de la désinsectisation : ALLO FRELONS s’exprime

Les effets pervers de la loi des néonicotinoïdes

Ce n’est pas toujours facile de juger de telles décisions politiques.

La première raison évoquée par les législateurs qui vont dans le sens du retour de l’utilisation des néonicotinoïdes est l’usage d’un vote d’urgence pour sauver une filière menacée par la jaunisse.

On sait pertinemment que l’utilisation de tels produits est un vrai danger pour les pollinisateurs.

Sauver la betterave et risquer de perdre la faculté naturelle des écosystèmes à polliniser… c’est  le principe des vases communicants dans le sens destructeur du terme.

Économiquement il est possible que la filière de la betterave soit stabilisée grâce à cette réintroduction des néonicotinoïdes, sur le court terme…

Mais sur le long terme, qu’en est-il de la santé de nos écosystèmes et des humains?

Voici une vidéo très intéressante sur le sujet, avec des résultats d’études sur l’impact des pesticides sur les abeilles.

Certaines informations y sont très explicites sur les dangers de certains produits et le travail de lobbying effectué par les laboratoires de l’industrie chimique.

Le point de vue et les interrogations d’ ALLO FRELONS sur le retour des pesticides néonicotinoïdes

Au sujet du retour des néonicotinoïdes pour la culture de la betterave sucrière, Guillaume Castagné d’ ALLO FRELONS à Montauban s’explique :

« Grosse déception pour moi cette année par rapport à cette loi.

J’ai décidé fin 2019 de changer de véhicule professionnel. Après mûre réflexion, je décide de passer du gasoil au bioéthanol E-85.

Je trouve une voiture roulant à 100% E85, moteur flex-fuel d’origine, non modifié.

voiture allo frelons bioethanol 1024x651 - Retour temporaire des pesticides néonicotinoïdes : tout savoir en 5 points
Véhicule d’ALLO FRELONS, Tarn et Garonne

Sur le moment, je suis content et satisfait de mon achat pour plusieurs raisons:

– moins de rejets de particules fines dans l’atmosphère

– des économies substantielles grâce au carburant qui est moins cher (2300 € d’économies la première année en comparaison de mon ancien véhicule diesel, car je roule beaucoup)

– utilisation d’un carburant “vert”, composé à 85% d’éthanol à base de betterave de filière le plus souvent française: j’aide l’économie locale en consommant une énergie renouvelable.

Quel est aujourd’hui notre impact environnemental ?

Je suis entre-temps revenu sur mes idées:

– les cultures de betteraves sont des cultures monospécifiques qui ne laissent pas de place à la diversité et aux plantes adventices. Ces dernières sont régulièrement traitées par des herbicides sur des surfaces incroyablement étendues. Des champs de plusieurs centaines d’hectares de monocultures sans haies, arbres, insectes ni diversité naturelle. C’est une industrie verte si on peut l’appeler ainsi.

– depuis le retour des néonicotinoïdes, je me pose la question: Ai-je fait le bon choix?

La situation est tout de même cocasse. Je travaille à la régulation des insectes près des hommes. Il m’arrive de devoir détruire des essaims d’abeilles, à contre-cœur quand il n’y a pas d’autre alternative possible. Pour améliorer notre bilan, nous cherchons des idées et montons un projet pour aider localement à la préservation de l’abeille sauvage (https://www.miimosa.com/fr/projects/j-essaime-ma-planete-proteger-repeupler-en-abeille-sauvage). Mais les idées et décisions sont parfois contre-productives. »

A retrouver sur le site ALLO FRELONS: Projet J’essaime ma Planète

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

ALLO FRELONS vous plaît ? Rejoignez la communauté sur les réseaux sociaux

Follow by Email
YouTube
YouTube
Instagram