Le Charançon : un redoutable ravageur

Le charançon est un insecte qui est un redoutable ravageur des végétaux. Il peut causer de sérieux dommages aux cultures, aux productions végétales et aux stocks alimentaires.

Il existe de nombreuses espèces de charançons, chacune ayant un nom vernaculaire spécifique en fonction de la plante qu’il attaque. Ce sont principalement les céréales mais aussi les noisettes, les pois chiches, les bananiers et les palmiers.

Il conviendra de connaître le charançon pour mieux le combattre et protéger les cultures. Notamment le cycle de vie, de reproduction ainsi que les caractéristiques physiques et comportementales.

Définition et variétés de charançons

Les charançons sont des insectes nuisibles qui peuvent causer de graves dommages aux cultures de céréales et à d’autres plantes. Ils appartiennent principalement à la famille des Curculionidae, qui comprend environ 60 000 espèces dans le monde.

Ces coléoptères ont un corps allongé et épais, avec des antennes longues et des mandibules robustes. Les ailes antérieures sont adaptées pour se plier sous le corps. Les ailes postérieures, quant à elles, sont plus grandes et utilisées pour voler.

Les charançons se nourrissent principalement des tiges et des feuilles de diverses plantes. En effet, ils consomment des céréales, des noisettes, les pois, des palmiers. Les charançons peuvent faire des trous dans les feuilles, des tiges déformées ou brisées. Cela provoque une réduction de la croissance et de la production. Selon l’espèce, ils peuvent se reproduire tout au long de l’année, entraînant une population croissante d’insectes nuisibles.

Il existe de nombreuses espèces de charançons. Par exemple:

  • le charançon des racines de la betterave est connu sous le nom de « Hylobius transversovittatus ».
  • Le charançon des racines de la pomme de terre, « Hylobius Abietis ».
  • Le charançon de l’écorce de la vigne, connu sous le nom de « Gymnetron tetrops ».
  • Le charançon rouge du palmier, le désormais célèbre « Rhynchophorus ferrugineus » qui fait des ravages sur les populations de palmiers autour de la Méditerranée et dans le sud de la France.

Voici une courte vidéo très amusante sur l’histoire du charançon du blé.

Description physique et comportement

Les charançons peuvent causer des dommages importants aux cultures de céréales et à d’autres plantes. Ils ont une taille généralement comprise entre 2 et 4 millimètres, bien que certaines espèces puissent atteindre plusieurs centimètres.

Ils ont une couleur généralement noire ou brune. Ces coléoptères indésirables possèdent 3 paires de pattes attachées au thorax, ainsi qu’une paire d’élytres qui forment une coque protectrice. Les élytres sont souvent caractéristiques de la famille des Curculionidae. Ils ont, en outre, des tailles et des formes variées selon les espèces. Les charançons ont également une paire d’ailes membraneuses, même si les charançons ne volent pas. Leur tête comporte deux antennes, deux yeux et un rostre, qui est une trompe rigide en prolongement de la tête. Le rostre est utilisé pour percer les matières végétales pour se nourrir.

Les charançons se nourrissent de matières végétales telles que le pollen et le nectar des fleurs, les bourgeons et les feuilles des arbres, ainsi que l’intérieur des graines. Ils se nourrissent principalement de la tige et des feuilles de diverses plantes. On les retrouve donc sur les céréales, les noisettes, les pois chiches, les bananiers et les palmiers. Ces insectes nuisibles peuvent causer des dommages importants aux plantes en se nourrissant de leur sève. Par conséquent, cela peut entraîner une réduction de la croissance et de la production.

image 18 - Le Charançon : un redoutable ravageur
Un charançon dans un stock de grains de riz

Il est important de noter que les charançons ne se nourrissent pas uniquement de matières végétales. Certaines espèces peuvent également se nourrir de matières animales comme les spores de champignons ou les restes d’insectes. Cela dépend de l’espèce en question.

Cycle de vie et reproduction du charançon

Le cycle de vie du charançon comporte généralement 4 étapes: œuf, larve, nymphe et adulte.

Après l’accouplement, la femelle perce un trou dans une noisette, un grain de blé, un pois chiche, etc. pour y déposer son œuf qu’elle enfonce avec son rostre. Cela permet à la larve de se protéger et de se nourrir des matières végétales à l’intérieur de la noisette ou du grain.

Lorsque la larve éclot, elle se nourrit pendant environ un mois avec ce qu’elle trouve à l’intérieur du grain. Une fois la nourriture épuisée, le pois ou le grain tombe au sol. Cela permet à la larve de s’enterrer dans le sol pour passer plusieurs années au stade de nymphe. Ce stade est l’étape de développement de la larve où elle ne se nourrit plus. En cela, elle se prépare à devenir adulte.

Enfin, lorsque l’adulte émerge de terre, le cycle recommence. La durée de vie du charançon adulte varie entre 2 et 4 mois en fonction des conditions climatiques et de l’espèce.

Certains charançons peuvent avoir des cycles de vie différents en fonction de l’espèce. Il est donc important de consulter des sources spécifiques pour les détails sur le cycle de vie de l’espèce en question.

image 19 - Le Charançon : un redoutable ravageur
La larve du charançon rouge du palmier consomme le tronc de ces arbres en commençant par le haut. Ils vont jusqu’à tuer leur hôte.

Comment lutter contre le charançon

Nous l’avons vu, les infestations de charançons peuvent causer de gros dommages aux cultures et aux productions végétales. Ces dommages peuvent inclure des trous dans les feuilles, des tiges déformées ou brisées, et une réduction de la croissance et de la production. Les charançons peuvent également provoquer des pertes de qualité des récoltes, rendant certains produits non commercialisables. Cela peut entraîner des pertes économiques importantes pour les agriculteurs et les entreprises agroalimentaires.

Il est donc crucial de surveiller régulièrement les cultures et de détecter les infestations de charançons le plus tôt possible pour limiter les dommages causés. Plusieurs méthodes de lutte contre les charançons existent:

  • des méthodes de lutte biologique, comme l’utilisation de prédateurs naturels.
  • des méthodes chimiques, comme l’utilisation de pesticides.

Il est important de consulter un professionnel pour choisir la meilleure méthode de lutte adaptée à chaque cas.

Cela permettra de minimiser les risques pour l’environnement et les populations humaines tout en protégeant les cultures et les productions végétales.

Il est également important de surveiller les stocks de céréales et de légumineuses dans les cuisines ou les silos. Les charançons peuvent également se reproduire dans les stocks de céréales et de légumineuses. Ils peuvent donc causer des dommages importants aux produits stockés. En protégeant les cultures et les productions végétales, nous pouvons éviter les pertes économiques importantes et maintenir la sécurité alimentaire.

Il faut donc prendre des mesures pour prévenir et contrôler les infestations de charançons pour protéger les cultures et les productions végétales.

Conclusion

Le charançon est un insecte redoutable ravageur des végétaux qui peut causer de sérieux dommages aux cultures et aux productions végétales et aux stocks alimentaires. Il est important de surveiller sa présence et de mettre en place des méthodes de lutte efficaces pour protéger les cultures et les productions végétales.

Il existe des méthodes de lutte biologique et chimique. Le plus efficace et le plus sûr sera de consulter un professionnel pour choisir la meilleure méthode de lutte adaptée à chaque cas. En protégeant les cultures et les productions végétales, nous pouvons éviter les pertes économiques et maintenir la meilleure sécurité alimentaire.

Last Updated on janvier 27, 2023 by t82totonicapan___—

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

ALLO FRELONS vous plaît ? Rejoignez la communauté sur les réseaux sociaux

Follow by Email
YouTube
YouTube
Instagram
Verified by MonsterInsights